L'Esprit de la secte

Publié le par jean claude

 

Régulièrement, souvent après un fait divers d'ailleurs, on parle des sectes. Chacun y va de sa théorie, de son avis scandalisé et ensuite plus rien. Les influences de l'ombre reprennent leur droits, accordés si volontairement par nos sociétés et gourous et adeptes leur place.

Chrétien d'une mouvance dite « minoritaire » en France, je me suis intéressé de très prés aux sectes. Je me suis rendu compte que la société ne sait pas se protéger de ces mouvements « cancéreux » autrement que par des pré-jugés et des fausses idées.

En fait il n'y a aucune loi anti-secte en France puisque la définition littérale et légale de la secte n'a pas été établi par les sages de l'assemblée nationale et ce, faute d'idée précise du sujet, malgré deux rapports parlementaires.

Alors on en reste au fait que les idées minoritaires sont issues de sectes et les grands mouvements acceptés comme schémas de pensée.

Le catholicisme et la franc-maçonnerie ne seront donc pas épinglés par les rapports parlementaires pourtant, au vu de leurs pratiques je pourrai affirmer aisément qu'il y a souvent manipulation mentale et prise de pouvoir sur l'individu, deux éléments qui déterminent le fonctionnement sectaire.

En fait la secte est plus un esprit qu'une organisation.

Sur l'organisation, on peut dire que quelle que soit la nature du mouvement, religieux, politique, philosophique ou associatif, les éléments majeurs constitutifs sont les mêmes.

Prise de pouvoir sur la libre pensée de l'autre par des manipulations mentale répétées, aliénation à un individu devenu maitre ou à une théorie, une théologie ou un système financier. Séparation de la famille et des amis par des incitations mensongères et pillage financier.

Pour ce qui est de l'esprit de la secte, je dirai simplement qu'il s'agit d'un esprit qui communique un « état d'esprit », celui de l'autoritarisme.

Cet esprit peut oeuvrer et oeuvre dans tous les lieux connus où passe l'homme.

La religion bien sur, mais le monde politique, associatif,le milieu financier, philosophique etc... sont aussi touchés par cela.

Des amis parlent sur un autre blog ( philo à 2 ), de la manipulation verbale. Nous sommes en plein dedans en traitant le sujet sur les sectes. La manipulation verbale, expression de la manipulation mentale, fait son oeuvre dans toutes les circonstances de notre vie.

Ne voyons pas des gourous partout mais si le tempérament des dirigeants d'une entreprise, d'un club sportif ou d'une association , est par nature possessif et autoritaire, ils n'auront aucune difficulté à organiser un système sectaire dans leur activité.

Pour ce qui est de la religion, l'esprit sectaire est allé tellement loin déjà dans notre histoire qu'il a même atteint l'idéal sectaire lorsque les papes interdirent la lecture de la bible par le petit peuple pour qu'il ne soit pas averti de la vrai doctrine. Depuis, Martin Luther et Calvin sont passés par là.
"Or, le Seigneur c'est l'Esprit, et là où est l'esprit du Seigneur, là est la liberté. 2 corinthiens 3 / 17"

Voici ce que dit la bible. Jésus Christ est la liberté. Chacun a droit à une vie intime avec Dieu, conduit par son Esprit, guidé par son Amour, dans le respect de la dimension totale de l'individu.

Pour la petite histoire, je dirai humblement, que celui qui vous informe ce matin sur le sujet, a vécu de longues années avec une femme qui avait fini par devenir son gourou, le dégoutant de tous les plaisirs élémentaires de la vie par des répétitions négatives précises.

L'esprit sectaire que je savais reconnaitre chez les autres c'était plaisamment installé dans ma propre maison.

Nous avons fini par divorcer. Je réapprend aujourd'hui la liberté dans le Seigneur. Les puristes chrétiens et athés diront que l'on ne divorce pas lorsque l'on est chrétien.

Oui mais... Le Seigneur est ma liberté et c'est Lui qui délivre celui qui crie à Lui.

 

 

 

 

Publié dans secte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

booguie 23/09/2009 17:27


on fait dire ce que l'on veut à la bible? non c'est faut, la bible est un livre ouvert qui est passer à travers bien des désaccords mais elle est toujours là, qui la lit bien comprend bien


marie-b Yavanna 22/09/2009 13:06


Voilà un texte que ne manque pas d'arguments explicites et bien construits. Le sectarisme a ses dangers, tu en as payé de ta personne pour le savoir mais l'humain est ainsi fait que son
libre-arbitre lui échappe facilement. Tu as retrouvé la liberté, respire et reconstruis-toi. Bisous.


mamie lucette 22/09/2009 10:07

Un petit coucou en passant, je vais aller cueuillir les dernières pommes qui restent accrochées dans le haut du pommier, ensuite j'irais faire ma séance d'aquagym. Bonne journée et gros bisous

lily 21/09/2009 18:41

Bonsoir Jean-Claude,
C'est un très bel article et comme je me sens concernée je ne peux que vous approuver dans vos dires..Je suis protestante quant à moi comme fantômette je crois et ne suis pas prête à me laisser manipuler soyez en certain.. ;-) J'ai oublié de préciser que ma mère était atteinte d'un cancer et souvent ils profitent d'une faiblesse ou d'un désarroi pour nous attirer dans leurs filets..Souvent les couples se déchirent suite à celà c'était le cas pour mes parents ..Bien amicalement et merci de votre partage..

Bernadette 21/09/2009 10:47

J'ai connu une étudiante issue d'une famille athée qui s'était convertie au catholicisme, elle avait été baptisée alors qu'elle avait une vingtaine d'années. Cette pauvre camarade est morte d'une leucémie, elle avait bien sûr demandé à être enterrée religieusement. Des parents ont eu la bêtise de dire qu'elle s'était "coupée de sa famille" à cause de cela, ne respectant pas sa liberté de choix et faisant passer un sectarisme horrible avant la douleur de la perte ! J'ai été élevée dans le catholicisme, je n'ai jamais eu l'impression d'être prisonnière, maintenant je ne pratique pas mais je suis croyante tout de même ; j'ai une grande liberté d'esprit, je plains ceux qui écoutent le premier gourou venu. Il y en a dans tous les domaines, religieux, politique, associatif, comme vous le soulignez. Quant au divorce, mon père avait divorcé, sa femme étant partie au bout de trois mois de mariage. Il a épousé ma mère qui n'allait jamais communier, je me demandais pourquoi, j'ai appris par hasard que mon père avait été marié auparavant. Lorsque mon père est décédé le prêtre à la cathédrale a cru devoir rappeler qu'il était divorcé et remarié, ça m'a mise en colère.Personnellement je suis aussi divorcée et remariée, mais mon premier mariage était civil uniquement, j'ai donc pu épouser religieusement mon mari, mais je trouve cela injuste par rapport à la situation que vivait ma mère.